Histoire de la maison

 Maison.

Histoire d'une maison …

Il est à Bernières sur mer une maison tout simplement inscrite dans la mémoire collective, une grande villa édifiée à l'entrée de la plage. Étroitement liée au Débarquement, elle en est son véritable symbole.

Cette villa, bien dans le style de l'architecture balnéaire néo-normande, avec sa toiture rappelant les couvertures de chaume et ses faux colombages, fut édifiée en 1928 en bordure de mer, sur la toute récente digue, à l'entrée de la plage pour le compte de Léon Enault, directeur des grands magasins du Louvre, puis de l'Hôtel Crillon, place de la Concorde et de l'Hôtel Terminus, gare Saint-Lazare à Paris.

Ce parisien avait préalablement acquis le terrain nécessaire à cette construction le seize février 1911 de Fernand Napoléon Gavarry, ministre plénipotentiaire aux Affaires Étrangères et officier de la légion d'Honneur.Ce dernier avait recueilli ce terrain dans la succession de son frère Pierre le 16 avril 1908,Et Pierre Gavarry avait acheté le 2 février 1882 à Charles Hettier et son épouse Alice née de Boislambert, elle même l'ayant recueilli dans la succession de ses parents, François et Marie, le 21 mars 1874.

Revenons en 1928 et à Léon Enault, constructeur de cette villa. Il la voulut symétrique, certainement pour facilité un partage ultérieur entre ses deux petits-enfants, Denise et Roger Videcop. Et lors de son inauguration, elle fut tout naturellement baptisée Villa Denise et Roger. Néanmoins, avançant en âge, il dût s'en séparer.

La partie Roger fut acquise en 1936 par un monsieur Pastey puis changea de propriétaires à plusieurs reprise pour appartenir aujourd'hui à M. et Mme Hentgen. Quant à la partie Denise, elle fut cédée le 23 février 1936 à un docteur en médecine du Havre, Edmond Hoffer, dont l'oncle Vincent habitait déjà Bernières, tue de la corderie. Elle est restée depuis dans la famille Hoffer et c'est Hervé, petit-fils d'Edmond, qui en est l'actuel propriétaire...

Denise devint L'étrille et Roger, Les Goélands !

Léon Enault possédait par ailleurs La Cassine, cette autre grande villa construite en bordure de mer et qui sera rasée par les allemands le 14 janvier 1943 afin de ménager leurs lignes de tirs. Il la conservera jusqu'en 1941, année au cours de laquelle il la vendit, très bien inspiré, à un monsieur de Korsack qui n'en profita guère !

 

1939, la guerre éclate

Juin 1940, la défaite : le général Weyland est contraint de signer l'armistice le 11 juin et dès le 18, les allemands occupent Bernières. Le 23 juin, la plage devient terrain militaire. Le 18 juillet 1941, les occupants interdisent aux estivants ainsi qu'aux propriétaires des villas situées sur la côte de la zone occupée de s'y rendre. Les personnes qui y séjournent pour les vacances devront quitter cette zone avant le 31 juillet. A partir du 20 octobre 1941, l'entrée dans la zone côtière interdite n'est admise que sur production d'un permis spécial délivré par la Kreiskommandantur. Et au fil des mois les autorisations d'accés sont de plus en plus restreintes.

Une dizaine de démolition de bâtiment ordonnées par les allemands commencent dès 1942, mais la villa L’Étrille et les Goélands est préservée. Pourquoi ?

Tout simplement parce que non directement située dans les lignes de tirs allemandes … et appréciée des les troupes qui l'investissent vers 1943. Il semble d'ailleurs qu'ils y édifièrent un mirador équipé d'une mitrailleuse antiaérienne.

Début juin 1944, les bombardements alliés s'intensifient sur les zones occupées. Le 5 juin, après que des tracts aient été jetés par les avions de la RAF pour inviter les habitants des côtes à s'éloigner au plus vite, les largages de bombes s'intensifient. Et notre villa, bien que sévèrement touchée, n'est pas détruite. Elle constitue un point remarquable sur la côte pour les troupes qui devaient y débarquer, les Alliés entendaient l'épargner. Elle figurait sur toutes les cartes dressées par les Alliés et pour chaque homme appelé à débarquer sur Juno, secteurs Mike (Courseulles) et Nan (Bernières et Saint Aubin), elle était The Famous House.


6 juin, le Jour J

Il est 7 heures 15, le Queen's Own Riffle of Canada débarque devant Bernières, avec pour mission de réduire la casemate de La Cassine. A 8 heures 05, ses hommes sont sur le rivage. L'état de la mer empêchant le débarquement de l'artillerie et du matériel lourd, ils subissent de très lourdent pertes. Plus d'une centaine de morts et de blessés. Néanmoins ils réduisent au silence la casemate de la Cassine, investissent l’Étrille et Les Goélands d'où ils délogent à la grenade plusieurs soldats allemands réfugiés dans les caves. Ceux-ci sont aussitôt fait prisonniers dans la cour sud, puis emmenés peu de temps après sur la plage où les survivants du Queen's Own, rejoints par les hommes du régiment de la Chaudière, regroupent les prisonniers allemands.

La maison va être alors occupée par l'amiral anglais Cooper qui, jusqu'en septembre 1944, en fait son Q.G., ayant de lourdent tâche de coordonner toutes les opérations de ravitaillement des troupes alliées progressant à l’intérieur du pays. En effet, une noria de péniches à fond plat arrive chaque jour d'Angleterre et débarque son chargement sur la plage de Bernières pour repartir à la marée suivante.

Ainsi L'Etrille et les Goélands, certainement première maison libérée sur le sol français, est entrée dans l'histoire. Elle figure sur nombre de photos et de documents cinématographiques pris le Jour J par les correspondants de guerre tant canadiens qu'anglais, diffusés aux premières heures de la Libération -elle apparaît même sur un timbre canadien émis le 7 novembre 1994 !

Depuis, elle est devenue le véritable symbole du Débarquement tant pour les bernièrais que pour nos amis canadiens et anglais. Et chaque année, L’Étrille leur est largement ouverte par la famille Hoffer. Nombreux sont les liens d'amitié tissés avec les Vétérans et leur famille qui voient en cette Famous House, la Maison du Canada. 



© 2012-2013 Association la Maison des Canadiens - Devoir de mémoire - Réalisation Charlotte JULIEN - Contact

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site